PARTAGER

Au-delà de son « esprit » tant galvaudé, les Jeux Olympiques et jeux paralympiques sont devenus depuis longtemps une vitrine des produits des multinationales avec une visibilité mondiale ! Ils sont presque tous présents, les Intel, Huawei, Hyundai, Toyota, ATOS, Panasonic, LG, GE et bien entendu le célèbre Samsung.
Et l’édition 2018 à PyeongChang en est le dernier exemple éloquent. Qu’est-ce que cela représente concrètement comme technologie, comme avancée pour le sport ?

10Le retour des Wearables Technologies ?

Samsung Smartsuit

Concept innovant il y a quelques années, les vêtements et tissus intelligents et connectés semblent être passés de modes et, hélas, pas démocratisé auprès du grand public.
Mais sur ces Jeux Olympiques 2018 nous avons trouvé un peu de Wearables Technologie. A mon grand étonnement, c’est Samsung qui a fourni les « Samsung Smartsuit ». Ainsi, lors des épreuves de patinage de vitesse (speed skater), les Néerlandais (Suzanne Schulting et Sjinkie Knegt) étaient équipés d’une combinaison embarquant des dizaines de capteurs relevant des données sur la température des corps des athlètes et autres informations. Les coachs, équipés de smartphones Samsung, pouvaient consulter les données en live et analyser la course de leurs champions. Au final, récolte d’argent et de bronze pour nos deux patineurs.

Dainese

Enfin, le deuxième Wearables Technologie trouvé a été fourni par Dainese (grande marque de produit pour moto par exemple). Il s’agit de vestes équipées de capteurs détectant quand le sportif perd le contrôle de son corps et d’un airbag protégeant les sportifs lors des chutes par exemple.

Bottes de ski et capteurs CARV

L’entreprise anglaise CARV a fourni des semelles connectées embarquant un magnétomètre, un gyroscope et un accéléromètre. Le tout alliant sur 9 axes ( ?!?) 98 capteurs dans des bottes de ski.
Ces bottes communiquent en Bluetooth à une application en donnant également leurs positions GPS.
De plus, un coach virtuel (virtual ski instructor) fourni des conseils en live pour corriger sa position, etc.

9Et les sportifs dans tout cela ?

Vie ma vie de sportif de haut niveau !

Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est que certains compétiteurs ont accepté d’embarquer des caméras, type GoPro et équivalent, sur leur casque ! Ce qui apporte une vision neuve et originale d’un sport.

8Hacking et jeux olympiques

Cela est passé presque inaperçu mais une cyber attaque a eu lieu lors de la cérémonie d’ouverture ! Et c’est M. Jihye Lee du PyeonChang Organizing Committee qui l’a annoncé.
Cette cyber attaque à impactée les castings des flux vidéos et celui des drones. Mais aussi le site officiel, l’impression des tickets, etc.
Qui se cache derrière les attaques ? La plupart des rumeurs évoquent le groupe Fancy Bear, un groupe de hacker Russe (celui soupçonné d’avoir « influencé » les élections américaine).

7Quid des objets connectés et de l’IOT pour ces JO ?


La plus grosse avancée est pour moi la mise en place et l’utilisation de la plateforme PREDIX de GE Digital (annoncée déjà en 2016). Mais de quoi s’agit-il ? PREDIX est l’équivalent de la Business Intelligence (B.I.) pour l’IOT. C’est une plateforme analytique Cloud qui permet d’analyser rapidement du Big Data (gros volume de données en temps réel). Ces données pouvant être des coordonnées GPS, les informations provenant de divers capteurs, des séries temporelles, etc.
Actuellement, il existe diverses plateformes IoT sans que le concept de norme et de communication inter objet connecté ne soit abordé. D’ailleurs, le Gartner explique que « Les plateformes et back-end IoT sont encore immatures et le marché volatil ».

Les signes que PREDIX de GE Digital soit adopté par le marché ? Il y en a deux, le premier et qu’il faut juste savoir que les entreprises comme Capgemini, Tata Consulting Services ou Wipro envoi des centaines d’ingénieurs en formation chez GE sur cette technologie !
Et enfin, PREDIX semble avoir été conçu avec des briques Open Source (CloudFoundry) pour garantir une certaine ouverture à la communauté.

6Sports et réalité virtuelle : gadgets ou utile ?


Tourné en natif également, les vidéos sont pour la plupart  disponible en format VR ou Réalité Virtuelle. Pour cela des stands étaient répartis un peu partout sur les sites olympiques afin de chevaucher les lunettes VR de… Samsung (oui ils sont là également). Mais l’expérience immersive promise ne sera pas en 4K.
Résultat, la « killer app » pour ce type de lunettes n’existe pas encore, même si visionner des épreuves sportives en VR est sympa. C’est encore un gadget pour les spectateurs.
En ce qui concerne les sportifs, la Réalité Virtuelle est un peu plus une réalité. En effet, STRIVR et la fédération US de ski et snowboard propose aux athlètes de reconnaître plus rapidement les pistes. Ce qui est un avantage énorme, car la plupart du temps les sportifs ne peuvent faire qu’une seule descente avant la compétition ! Reste à savoir si tous les skieurs, sans exception, ont eu accès à cette technologie…
STRIVR travaille également avec les équipes de la NHL, la NBA et la NFL (insertion de séances de RV lors des entraînements).

5Et à la télévision il y a quoi ce soir ?

Depuis quelques mois déboulent des télévisions de type 4K avec pour promesses une image à couper le souffle, une définition de folie, etc. Bref, les mêmes arguments que pour les télés 3D par exemple… Il y a juste un « petit souci », les contenus (les programmes donc) en 4K existent peu. Pour motiver les producteurs de contenus vidéo, tous les événements de ces jeux olympiques ont été tournés en 4K natif (ou Ultra High Definition) ! Ce qui fait des dizaines d’heures de contenus à déguster dans… 2 ou 3 ans quand ces télévisions haut de gamme ne coûteront plus un bras mais seront abordables.

4Je te touche avec ma bague et j’achète ma baguette de pain ?

En 2016, Gemalto et VISA avaient équipé quelques sportifs de bague avec paiement sans contact (par NFC). Cette année il n’y a aucune trace de cette technologie en Corée, mais Gemalto promet une grande offensive pour les futurs J.O. de Tokyo en 2020.
A noter que la technologie de paiement par NFC est proposée notamment sur les montres et accessoires sports de Garmin par exemple et qu’elle fonctionne très bien.

3Adieu la 4G has-been et bonjour à la 5G

Pendant les épreuves il faut pouvoir Twitter, Facebooker et Instagramer. Mais comment le faire en Live et rapidement ?
Certes les français ne surf pas réellement en 4G mais plutôt un mixe entre de la 3G+ et du 4G Lite. Mais en Corée (comme au Japon) les réseaux mobiles sont toujours en avance de 2 ou 3 longueurs et à l’occasion de ces jeux, l’opérateur coréen KT avec Intel ont déployés de la 5G ! Sachant que la 5G est 1000 fois plus rapide que la 4G LTE (ex. : chargement d’un film de 800 megabytes en une seconde au lieu de 40 secondes en LTE). A noter que cette technologie n’était accessible que depuis quelques tablettes…

D’ailleurs la 5G a déjà débarquée en France à Lille (Orange), Douai (Orange encore) et bientôt Bordeaux avec le partenariat entre Bouygues Telecom et Huawei ! Calmons-nous, il ne s’agit actuellement que de tests.
Bref, la 5G, une fois déployée, sera un atout indispensable pour l’utilisation optimale des futures voitures autonome.

2Arrivée à maturité de l’utilisation des drones ?


Une fois sur place, il faut savoir que les espaces aériens au-dessus des espaces olympiques sont tous interdits. En plus des classiques hélicoptères de la Police il y a une flottille de drone qui a pour mission de prendre en chasse et capturer des drones pirates (mauvaises utilisations des particuliers ou à but criminel), on parle ici de « Drone Catching ». Mis en service pour la première fois en 2015 par la Police Tokyoïte, ces drones sont équipés de filet et reprenne la technique du filet dérivant, cher à nos pêcheurs.
Accessoirement, il y avait le ballet des drones Intel qui ont fait fortes impressions pendant la cérémonie d’ouverture.

1Navettes autonomes, robots et I.A. sont au rendez-vous

Dès l’aéroport des robots guides (avec la technologie de reconnaissance vocale de LG) aident les voyageurs parlant Chinois, Anglais, Coréens et Japonais. D’ailleurs on retrouve ces robots sur les sites pour aider à orienter les visiteurs avec le calendrier des épreuves, etc. Un des robots nommé FURO (pour Future Robot), promettait même des traductions en 29 langues grâce à l’Intelligence Artificielle et l’application Genie Talk. Mais ne soyons pas dupes, l’I.A. est juste un argument marketing, pour le moment…
A noter le Ski Robot Challenge à retrouver sur Youtube.

Enfin, à la sortie de l’aéroport des navettes et véhicules autonomes sont mises à disposition des voyageurs avec pour destination le village Olympique. En plus d’être autonome, ces navettes étaient équipées de la 5G. Les navettes Hyundai Nexo SUV sont bien entendu électriques. Merci Hyundai.

LAISSER UNE RÉPONSE