PARTAGER

En résumé :

Voir l’offre

Tout d’abord, pour éviter de vous perdre sur le Web, la montre sport TomTom Runner 3 est également nommé TomTom Spark 3 (il faudrait juste que TomTom se décide à choisir). Ensuite, le modèle testé est celui sans les écouteurs sport dédiés (qui  apporte son lot de fonctions comme un coach vocal par exemple). Je préfère d’habitude les montres running Garmin mais vous le constaterez, cette nouvelle version de la Runner apporte beaucoup d’amélioration. Alors rentrons dans les détails et étudions cette TomTom Runner 3 !

 

Design & Solidité

Le design est celui de la gamme TomTom, soit un rectangle avec un large affichage et un système de joystick à la place des boutons. Certes l’écran n’est pas tactile mais grâce au joystick on peut manipuler la TomTomRunner 3 avec des gants (utile en hiver). C’est d’ailleurs un choix sciemment fait par TomTom car il n’y a pas non plus de bouton pour allumer l’écran. Pour ce faire il suffit de boucher l’écran (on place la paume de la main devant, puis on la retire) et il s’illumine. Ces points sont vraiment des plus pendant vos entraînements running. Enfin, la navigation dans les divers menus ne nécessite pas de lire le manuel car l’ergonomie est simple et diablement efficace !

Il faut aussi signaler que les fonctions multi sport et traqueur d’activité sont bien séparées et facilement utilisable. A partir de l’écran principal on clic sur la gauche du joystick pour accéder aux fonctions comme le nombre de pas, etc. Et si on clic sur le joystick à droite on accède aux multi sport. Encore du simple, clair et rapide.

Un effort important a été fait sur la qualité du bracelet de la montre sport, le caoutchouc est de meilleur qualité (plus « doux » et il retient moins la poussières). Le même effort d’amélioration a été porté sur le « bloc  joystick » qui rendait inconfortable le port de la montre au bout de quelques heures. La TomTom Runner 3 est très confortable et ce fait oublier quand on la porte toute la journée. L’expérience du sportif en est grandement amélioré ! Enfin, le système de fermeture du bracelet est vraiment excellent et il est mon préféré depuis sa découverte. Les concurrents devraient s’en inspirer.

Au niveau de la solidité de l’écran il n’a pas de traitement spécifique et il vous faut y faire attention ou le protèger avec un filtre disponible sur le site TomTom.

Précision & Fiabilité

Dans ce type de montre sport, la précision des données est importante car le GPS, la boussole, les informations du cardiofréquencemètre et autres doivent être juste pour être exploitable. Commençons par le GPS. La TomTom Runner 3 propose une nouvelle puce GPS qui promet d’être encore plus précise. L’accroche du GPS est même plus rapide qu’une Polar V800 !

Utilisation de la boussole

La boussole permet d’obtenir les diverses directions à suivre. Par exemple sur le tracé d’un parcours (voir le détail dans la partie fonctionnalités). Mais avant quelle soit efficace il faut la calibrer. Pour cela il faut lancer une activité sportive, la montre vous demande d’utiliser la boussole et il faut suivre les instructions à l’écran. Pour la version intégrale il y a la vidéo d’aide de TomTom :

Si cela ne fonctionne pas il faut exécuter la « danse de la boussole » ! En effet, pour la calibrer manuellement on doit retirer la montre du poignet et la faire pivoter sur trois axes.

Mesure de la fréquence cardiaque

En comparant les données de la TomTom Runner 3 avec une ceinture cardiaque de référence les chiffres sont différents… Cela est du au cardiofréquencemètre optique (ne fonctionne pas sous l’eau) sous la montre qui semble moins précis qu’une ceinture. Mais dans cette gamme de prix c’est un fait établi, la précision est… approximative. Je pense qu’il faut l’utiliser surtout pour définir une fréquence minimum et maximum.

En faisant cela vous aurez un bon apprentissage de l’utilité de travailler avec un lecteur de fréquence cardiaque. Et aurez d’autant plus d’intérêt quand vous passerez sur une montre multi-sport haut de gamme.

Natation

Nous n’avons pas eu de problème de précision lors de nos test par les nageurs de la rédaction. Mais des forums font mentions de soucis de fiabilité des données avec des marges d’erreurs importantes. S’il y a des problèmes à corriger je suis sur que TomTom mettra prochainement à disposition une mise à jour applicative. De plus, la montre sport « ne coûtant que » 199 euros, il ne faut pas s’attendre à des performances d’une montre multi sport haut de gamme (Garmin Forerunner 735XT ou une Polar V800).

A noter que pour améliorer la fiabilité il faut marquer « clairement » la poussée et exécuter des mouvements de bras bien décomposés. Bref, cette montre sport n’est pas destinée aux nageurs professionnels mais à des nageurs amateurs souhaitant s’initier à la mesure de leur programme d’entrainement natation.

Utilisation en mode Outdoor

Le GPS est correct mais n’est pas renversant. Je vous conseille de lancer l’accroche du GPS avant de commencer votre entrainement. Ainsi, vos données seront complète dès le début.

Le mode traqueur d’activité

La précision du nombre de pas est plutôt généreux par rapport à notre podomètre de référence. Cela encourage mais éloigné de la réalité.

 

Une excellente montre pour s’initier !

Fonctionnalités

TomTom Runner 3La montre sport TomTom Runner 3 est plutôt complète dans cette gamme de prix (environ 200 euros). Elle offre les fonctions classique (que vous retrouvez testé plus bas) mais fait l’impasse sur le triathlon, des fonctions dédiées aux smartwatchs ou des fonctions GPS plus complètes. Mais entrons dans le vif du sujet.

Installation et paramétrage de la TomTom Runner 3

Au début tout est simple… On recharge la montre sport, on installe l’application smartphone puis on l’appaire avec le smartphone. Cela s’effectue très très rapidement et l’appairage également en moins de 10 secondes mon téléphone a été reconnu. Les problèmes arrivent ensuite : Il faut installer l’application pour un PC / MAC nommée TomTom MySports Connect. J’ai eu du mal à la trouver sur Internet, l’installer, puis la configurer en lançant un *.exe. Je vous fait grâce de la suite car c’est très long. Bref, installer le TomTom MySports Connect est digne d’une application des années 1990 ! Merci monsieur TomTom de revoir cette partie car pour le commun des mortels c’est compliqué et pas clair.

Fonctions liées au GPS et tracé

Temps, distance, allure, vitesse et trace GPS sont au rendez-vous. Cette version de la  montre sport permet de charger des tracés de parcours sur votre montre (vous trouvez des traces *.gpx sur le web, vous les intégrer dans le site TomTom et après synchronisation avec la montre, le tracé apparaît sur l’écran). Ainsi, une fois en extérieur, la parcours s’affiche en temps réel (sous forme de trait et non pas d’une jolie carte détaillée). Comme l’utilisation du cardiofréquencemètre, il s’agit encore ici d’initier le sportif à l’intérêt et l’utilisation d’un tracé dans un programme d’entrainement. Vous n’y trouverez rien pour insérer des points d’intérêts (way of points / POI) ni autres fonctions avancées.

Programmes d’entrainement et profils sportif

Il y a sept mode sport : course / running, vélo, natation, tapis de course, gym, intérieur et freestyle.

Sur chacun des modes il y a des données en commun qui sont proposées, collectées et rendues sur les applications : la durée de l’activité, la vitesse / allure, les calories et la fréquence cardiaque avec sa zone associée. L’affichage s’effectue sur trois zones à l’écran. Ensuite, il y a les fonctions dédiées aux sports.

Fonctions particulières

Commençons avec le vélo qui propose de mesurer l’allure moyenne sur le parcours et chaque kilomètres, des parcours empruntés et pré-chargés. Avant de commencer il faut renseigner la taille de la roue, etc.

Pour le tapis de course on peut régler la distance en kilomètre, les temps et les calories dépensées. De quoi renseigner l’application avec les données des entraînements sur tapis de course.

Pour la gym, j’ai cherché et je pense que ce mode est utile à ceux qui font du step. Il ne me semble pas indispensable j’avoue.

Le mode intérieur et Freestyle correspond au vélo d’appartement. A noter qu’il est possible de coupler la montre à un capteur de cadence (non testé).

Mode running

Il est possible de faire du fractionné de base en programmant ses séances. Mais pas de fonction avancées comme le fractionné pyramidal ou le calcul de la VO2 Max. Mais ma fonction préférée est celle du coureur fantôme. Elle permet de courir contre ses propres performances sur un même parcours. C’est ludique et motivant.

Mode natation

Il faut configurer la longueur du bassin et les objectifs d’entrainement (distance, temps ou calories). Après la séance de nage on obtient des données sur votre vitesse, l’allure, la fréquence des mouvements, les calories et la distance parcourue.

Le mode traqueur d’activités

Le classique est présent avec le nombre de pas, la distance parcourue, les calories brûlées / dépensées, le suivi du sommeil et des activités. A noter que ces informations sont consultable en live directement sur la montre sur le jour en cours et une semaine. La mise en oeuvre de ces fonctions est bien pensée et pratique.

A noter qu’il n’y a aucune fonction de type notification en lien avec le smartphone.

 

 

Notre Avis Global

Sur ce niveau de prix (environ 200 euros) et de fonctionnalités il n’y que la montre sport Garmin Forerunner 35 (rien d’équivalent chez Polar à ce jour). Quant on met en parallèle les deux montres,  la TomTom mène devant la Garmin sur des points importants comme le confort et la gestion du multi sport. Par contre l’application Garmin est bien meilleure que celle de TomTom. Bref, malgré ma mauvaise expérience avec l’installation du TomTom My Sports Connect.exe, ma vie de sportif avec la montre est très convivial, simple et utile. L’expérience de sportif amateur en est améliorée.

En fin de compte, pour passer d’une montre sport débutant (bonne initiation à l’intérêt des montres multi sport) à semi professionnel, la TomTom Runner 3 est un excellent choix !

Résultat du test

Design & Solidité 90%
Précision & Fiabilité 80%
Fonctionnalités 70%
Note Globale 80%

Sur ce niveau de prix (environ 200 euros) et de fonctionnalités il n’y que la montre sport Garmin Forerunner 35 (rien d’équivalent chez Polar à ce jour). Quant on met en parallèle les deux montres,  la TomTom mène légèrement devant la Garmin sur des points importants comme le confort et la gestion du multi sport. Par contre l’application Garmin est bien meilleure que celle de TomTom (l’application TomTom n’est notée que 2,5 sur 5 sur le store…). Bref, malgré ma mauvaise expérience avec l’installation du TomTom My Sports Connect.exe et l’application, ma vie de sportif avec la montre est très convivial, simple et utile. L’expérience de sportif amateur en est améliorée.

En fin de compte, pour passer à une montre sport de milieu de gamme, la TomTom Runner 3 est un bon choix !

Autres informations :


  • Poids : 50 grammes (sans bracelet)
  • Étanchéité : 40 mètres
  • Compatibilité logicielle : TomTom MysSPorts, Strava, Runkeeper, Endomondo, MaMyFitness, Nike
  • Autonomie : 3 semaines en suivi d’activité simple / 9 heures en mode GPS / 8 heures en GPS et cardiofréquencemètre en même temps
  • Épaisseur : 13,7 mm
  • Taille de l’écran : 22 X 25 mm
  • Résolution de l’écran : 144 X 168 pixels
  • Capteurs : Accéléromètre, gyroscope, cardiofréquencemètre optique, boussole
+
Spécifications Techniques
  • Poids : 50 grammes (sans bracelet)
  • Étanchéité : 40 mètres
  • Compatibilité logicielle : TomTom MysSPorts, Strava, Runkeeper, Endomondo, MaMyFitness, Nike
  • Autonomie : 3 semaines en suivi d’activité simple / 9 heures en mode GPS / 8 heures en GPS et cardiofréquencemètre en même temps
  • Épaisseur : 13,7 mm
  • Taille de l’écran : 22 X 25 mm
  • Résolution de l’écran : 144 X 168 pixels
  • Capteurs : Accéléromètre, gyroscope, cardiofréquencemètre optique, boussole
+
Commentaires Amazon
+
Prix
EN BREF
Design & Solidité
80 %
Précision & Fiabilité
80 %
Fonctionnalités
55 %
Article précédentTomTom Touch
Prochain articleVivofit Jr
Fan de randonnée depuis longtemps, je suis aussi grand fan des gadgets geeks et du quantified self. Et peut être nous croiserons-nous sur un GR ou dans une salle de Fitness

LAISSER UNE RÉPONSE