PARTAGER
Le Drone Parrot Bebop
Le Drone Parrot Bebop

Parrot, spécialiste des drones toutes catégories (même des modèles pour les agriculteurs), propose son nouveau drone haut de gamme, le drone Parrot Bebop. Alors, certes il coûte un bras mais en échange il propose des fonctions intéressantes, une qualité de finition qui semble correcte et une caméra vidéo étrange. Et il y a même une télécommande de folie et la possibilité de piloter le tout avec des lunettes de réalité virtuelle. Au final devez-vous casser votre tirelire pour ce drone, très attirant par ses promesses ? Suivez-nous !


Parrot BeBop
899 €

Design, ergonomie et autonomie du drone Parrot Bebop

Sans être un drone très cher comme le DJI Matrice 100 à 3 299 dollars (avec anti-collision, 40 minutes de vol, etc.), le drone Parrot Bebop est un milieu de gamme de qualité et autant vous dire de suite que nous sommes loin des drones bas de gamme, très fragiles avec peu de fonctions. Non, le Bebop est vendu par Parrot avec la promesse d’être un des tops drones dans le monde ! Il ne pèse que 420 grammes et il est en fibre de verre renforcé (carène fournit de base). Dans la main il donne une impression de solidité relative mais réelle (avec ses protections). Il embarque une caméra qui sort du 1080p à 30 iPs (attention : sans protection possible !).
L’ergonomie est bien pensée et après avoir chargé la batterie, le drone s’allume en moins de 25 secondes (pas immédiat mais suffisant) et apparaît dans votre application smartphone, dans la liste des réseaux Wi-Fi, vous cliquez sur lui et vous voilà parti dans les airs. A signaler que nous avons eu des petits soucis d’aparraige parfois, mais peu souvent tout de même. Après cela, vous pilotez le tout avec l’application FreeFlight 3.
Donc, vous pouvez piloter le drone avec un smartphone (compatible iOs, Android et même Windows Phone) ou une tablette. Mais également intégrer ces devices dans une « télécommande géante » nommée Skycontroller. Dans un premier temps je vous conseille de jouer / piloter avec une tablette car l’écran sera plus grand et vous aurez une expérience de jeu beaucoup plus intense (et les fonctions de pilotage plus claires et lisibles).

Au niveau autonomie il possède une batterie LiPo de 1 200 mAh et donc un peu moins de 12 minutes en vol (à quand des batteries de 5 000 mAh ?) pour une recharge durant une heure. Le problème d’autonomie est le même que sur les mini drones, ce qui s’avère frustrant rapidement j’avoue. Et dès 12% restant sur la batterie, le drone revient vers vous, fin du jeu. Donc, achetez des batteries supplémentaires, mais le système de fixation vous fera grogner… Vous pouvez également trouver des batteries 1 600 mAh sur E-bay d’après certains utilisateurs.

Fonctionnalités et l’application FreeFlight

Le Drone Parrot Bebop en jaune
Le Drone Parrot Bebop en jaune

Tout d’abord il faut appairer le drone, puis  calibrer son drone Bebop pour améliorer la stabilité des vols et la réactivité des commandes (comme sur les mini drones Rolling Spider et Parrot Jumping Sumo). Ensuite, un appui sur « Take Off » l’envoi dans les airs.
L’interface de commande est celle que Parrot propose depuis longtemps maintenant, avec des fonctions comme incliner le smartphone à droite pour aller à droite (accéléromètre embarqué), etc. Une interface avec plein de bonnes idées. Il y a bien entendu, un bouton « Urgence » qui fait atterrir le Bebop très rapidement en cas de problèmes. Si c’est votre première fois je vous conseille de vous entrainer chez vous pour éviter de perdre ou abimer votre drone trop vite (surtout à ce prix). Mais après une heure, vous serez fin prêt à voler.
Dans l’application vous pouvez suivre vos vols et leurs quantités sur une carte du monde (gadget pour la plupart des pilotes en herbe). Il y a d’autres fonctions gadgets comme des statistiques sur la durée, le nombre de « Crash » et la possibilité d’utiliser des commandes déjà enregistrées comme faire des Looping !

A noter qu’il faut renommer son drone, ce qui permet de le retrouver plus facilement quand on est à côté d’autres Parrot. Nous avons eu parfois des soucis car le drone perd le signal Wi-Fi et dans ce cas vous ne pouvez rien faire à part attendre la batterie faible et son « Retour Home ». Parrot explique que ce problème logiciel sera corrigé prochainement…
Parrot indique qu’une nouvelle application nommée Fight Plan doit sortir et propose de planifier un parcours au drone. Mais je n’ai pas encore trouvé cette application et elle sera payante. A voir donc.
Je finirai pas l’annonce de la disponibilité prochaine de la fonction « Follow me » (fonction pour les sportifs désireux de se filmer plutôt facilement) mais elle ne semble pas encore disponible. Le bon côté des choses c’est que Parrot promet des prochaines fonctions sympathiques. A voir s’ils tiennent leurs promesses.

Vidéos et photos ?

Avec sa caméra 1080p il filme correctement mais photographie également avec son objectif 14 Mpx (4096 X 3072 pixels avec un objectif de 186°) et enregistre le tout dans sa mémoire 8 Go. Sur le papier c’est parfait, mais à l’usage c’est un peu fastidieux de brancher le drone Bebop sur son PC pour décharger la mémoire… En effet, on ne peut pas utiliser de carte mémoire sur ce Bebop. Les vidéos sont correctes (mais moins bonnes que de nombreux smartphones…) sans être renversantes et prendre des photos pendant une vidéo n’est pas une bonne idée car la photo ne sera qu’une capture d’écran. Pour finir avec les photos, les images ne sont pas lumineuses et il y a des gros grains, la plupart des smartphones font mieux.
Pour la vidéo, dans une certaine mesure vous pouvez changer l’angle de la caméra en plein vol. Bonne idée mais plutôt limitée pour le moment. Le Bebop est relativement stable grâce à ses trois axes et filmer des travellings ou des nues est un petit bonheur. Mais avant d’arriver à des plans corrects il vous faudra vous exercer longuement tout de même (et réduire sa vitesse pour des meilleurs plans).
La qualité des vidéos correspond à une camera sport milieu de gamme et ne comblera pas les plus exigeants d’entre vous. Une des choses intéressantes est que les vidéos sont envoyées en temps réel à l’application de pilotage, ce qui donne l’impression de voler à bord du drone directement ! Excellent ces vols à la première personne ! Mais c’est surtout intéressant si le drone Bebop sort de votre champ de vision !
En synthèse le drone Bebop garantit le fun mais pas une qualité vidéo importante (filmer ses amis de haut oui mais pas des films professionnels).
Enfin, attention car la caméra ne propose pas de protection ! Et vous devrez changer la caméra complète en cas de rayure sur l’objectif ou d’atterrissage sur une surface dur comme du béton par exemple…

Et la télécommande / manette Skycontroller ?

Drone Parrot Bebop et son Skycontroller
Drone Parrot Bebop et son Skycontroller

Elle apporte son lot de fonctions supplémentaires et surtout une facilité d’utilisation et de plaisir du drone amplifié. Si vous lâchez les commandes le Bebop restera en vol stationnaire avec une certaine résistance aux vents (même s’il bouge un peu c’est très pratique). Un autre plus du Skycontroller c’est le joystick qui permet de piloter directement la caméra ce qui permet de mieux en tirer parti.

Voilà pour les bons côtés, mais le Skycontroller n’est vendu qu’en pack avec le Bebop et pas séparément. Il faut y penser avant d’acheter. L’autre question à se poser est votre type d’utilisation du drone. Si c’est pour jouer un peu, n’achetez que le drone seul. Si vous voulez faire des vidéos de meilleure qualité, je vous conseille vivement d’acheter un DJI Phantom 2 Vision+ (1 000 euros hors occasion). Celui-ci est un niveau haut dessus en terme de qualité du drone et surtout en terme de vidéo (caméra montée sur un bras articulé, etc.) !

Le point sur les casques de réalité virtuelle et le drone Parrot Bebop

Drone Parrot Bebop
Drone Parrot Bebop

Nous n’avons pas pu tester ce drone avec ce type de casque mais nous avons trouvé certains tests qui en parlent. Ainsi, ce retour d’expérience avec des Oculus Rift : utilisable uniquement avec le Skycontroller. Vous bougez la tête et avec les Oculus Rift vous contrôlez uniquement la caméra du drone. Le plus intéressant est de donner les lunettes à un ami pendant que vous contrôler la manette Skycontroller.

Autre masque de réalité virtuelle : vous pouvez acheter ce que l’on appelle des « Cardboard », en carton chez Google ou en plastique chez Archos par exemple. Vous insérez le smartphone dans le Cardboard et vous pilotez le Bebop avec le Skycontroller. Mais cela n’est pas facile à mettre en place et paramétrer. Bref, l’argument concernant le pilotage avec un masque de réalité virtuelle est juste marketing pour le moment et ne dois pas entrer dans votre choix de drone.

Doit-on craquer pour ce drone ?

Si c’est juste pour jouer un peu c’est un grand oui !!! Vous aurez accès à du fun et une « certaine » qualité vidéo garantie ! Le seul problème sera de trouver des spots pour faire voler le Bebop en extérieur, car sur Paris vous avez de grandes possibilités de vous retrouver en infraction hélas. Il y a de nombreux problèmes (perte de signal, synchronisations, etc.) mais l’achat du drone seul procurera des heures de fun. Sans le Skycontroller c’est un bon choix de drone !

Résultat du test

Design, ergonomie et autonomie 70%
Fonctionnalités 60%
Qualité vidéo et photo 40%
Note Globale 57%

Pour du fun pur et juste jouer quelques heures, sans attendre une qualité vidéo de premier plan, le drone Parrot Bebop est un bon choix. Mais si vous hésitez pour prendre également le Skycontroller, comparez avec le modèle DJI Phantom 2 Vision+ !

LAISSER UNE RÉPONSE